Interviews/Taizen/Tōru Furuya

De SaintSeiyaPedia
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher


  • Traduction jp->fr par Archange.


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


Nocopy.jpg
  • Les articles de ce site ont nécessité de nombreuses heures de rédaction. Merci de ne pas en recopier des parties sans autorisation.
  • Many hours were spent on these articles. Please don't copy part or make translations of them without permission. Also, an english version is planned (and maybe a spanish one in a far future), so for the time being, why don't you join us on the English speaking boards?


Traduction

  • "Kyojin no Hoshi" est un manga et un anime des années 70 traitant de baseball, et dont le personnage principal s'appelle Hyōma.
Tōru Furuya (années 2010)
Furuya : J'ai été choisi pour le rôle de Seiya suite à une audition à laquelle j'étais allé vêtu comme lui : bandes aux poignets, T-Shirt sans manches, jean et baskets. Comme les répliques de Seiya et ses monologues intérieurs ressemblaient à ceux de Hyôma, le personnage était assez facile à interpréter.


Hyōma

Mon personnage favori est bien évidemment Seiya... enfin à peu près. En fait, je voulais également interpréter Shiryū. Il est plutôt cool avec ses cheveux longs et ses yeux allongés, non ? Après tout, les héros ont aussi besoin de rivaux. Hyôma et Hanagata, Amuro et Char...les rivaux sont tout aussi populaires (rire).


Mais ma réplique favorite est bien sûr « Brûle mon Cosmos ! Pegasus Ryūsei Ken ! ». Je l'ai probablement dite des centaines de fois (rires). Et dans le premier film de Saint Seiya, j'aime beaucoup le « Même si je dois détruire mon corps, mon Cosmos ne faiblira pas, et je l'élèverai à l'infini » (rires). Lorsque Seiya et moi ne faisons qu'un, je peux vraiment partager ses émotions. Et parvenir à sortir une réplique difficile me procure une grande satisfaction. C'est pour ce genre de moments que je fais ce métier.


Comme à l'époque, j'arrivais à l'âge auquel il me serait difficile d'obtenir des rôles de héros et que la nouvelle génération de jeunes seiyuus arrivait petit à petit, j'ai voulu faire de Seiya mon dernier grand rôle représentatif, en y mettant tout ce que j'avais. Mon état d'esprit en le jouant était un peu « Et voici un héros façon Tōru Furuya ! ». Qui plus est, le producteur de TV Asahi de l'époque, Kawata-san, était aussi animé par une intense passion, et m'avait donc préparé une montagne de documents à lire. C'était la première fois qu'un producteur préparait lui-même des documents pour un seiyuu (rires). Je pense que c'est aussi pour lui que j'ai essayé de faire de mon mieux.


Je remercie également beaucoup Masami Kurumada. Ma dédicace est certainement encore chez lui. Celle que j'avais faite directement sur le mur (rires). J'avais été très surpris à l'époque « Hein ? Vous êtes sûr que je peux l'écrire là ?". Enflammez une nouvelle fois votre Cosmos, maître Kurumada, et montrez la lumière aux adolescents troublés de cette ère.


  • Ma scène favorite : C'est le premier combat entre Aiolia et Seiya. La si réaliste performance de ces seiyuus plein d'expérience est une scène à ne pas manquer.