Jump Gold Selection 2/Outside Story 2

De SaintSeiyaPedia
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher
  • Traduction de l'Outside Story 2, publiée dans le Jump Gold Selection 2.


  • Traduction jp->fr par Archange.


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


Nocopy.jpg
  • Les articles de ce site ont nécessité de nombreuses heures de rédaction. Merci de ne pas en recopier des parties sans autorisation.
  • Many hours were spent on these articles. Please don't copy part or make translations of them without permission. Also, an english version is planned (and maybe a spanish one in a far future), so for the time being, why don't you join us on the English speaking boards?


Traduction

Saga, le prélude de l'ambition ! ~ L'histoire secrète d'Excalibur !

  • Récit: Takao Koyama
  • Illustrations: Shingo Araki et Michi Himeno
(Image présente d'origine)

Un an avant l'arrivée d'Athéna sur Terre. Shura rentre au Sanctuaire après s'être entraîné en Espagne. Mais la joie est de courte durée, et le Pope lui-même est en danger. Une effrayante conspiration prend place. Le secret du mystérieux Saga est ici révélé !


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.



Retrouvailles

Un an avant le retour d'Athéna sur Terre.

L'été grec est très sec, et trois jours de pluie en un mois suffisent à être qualifiés de précipitations abondantes. Le Sanctuaire se trouvait au sommet d'une montagne se dressant au loin de ma ville d'Athènes, et là aussi la terre sèche se désagrégeait en poussières éparses. La colline de l'Acropole était comme toujours très animée en raison des nombreux touristes étrangers présents, mais le Sanctuaire était resté semblable à ce qu'il était lors des âges mythologiques, un lieu inaccessible au commun des mortels et emplie d'une atmosphère de sainteté.

Il arrivait une fois en plusieurs années que des reporters tentent de décrocher un scoop sur ce fameux Sanctuaire objet de multiples rumeurs, mais tous leurs efforts se révélaient vains. La raison en était que les environs du Sanctuaire étaient bien entendu protégés par de multiples barrières (kekkai) érigées afin d'empêcher les intrus de venir troubler les devoirs sacrés du Pope et des autres personnes s'y trouvant.

Les touristes qui s'approchaient sans le savoir de cet endroit se retrouvaient incapables de faire le moindre pas de plus en avant lorsqu'ils étaient confrontés à cette barrière. Ceux qui tentaient malgré tout de forcer le passage étaient alors projetés en arrière, et l'on ne comptait plus le nombre de fois où certains avaient fini par être blessés ainsi. C'est grâce au sublime Cosmos du Pope qu'une telle barrière formait une véritable enceinte autour du Sanctuaire. Ce phénomène était nommé "God Rainbow" par les gens normaux, en raison des sept couleurs saintes dont brillait la barrière. Comme celle-ci avait depuis les âges mythologiques empêché les intrus de pénétrer au Sanctuaire, ceci avait encouragé les gens à vouer un culte à cet endroit.



Un jeune homme franchit sans le moindre problème la barrière du Sanctuaire. Ses yeux brillèrent d'une lueur tranchante qui ne correspondait pas à sa jeunesse alors qu'il se tenait là, illuminé par la lumière de la barrière, ses cheveux noirs dressés battus par le vent. Sa carrure elle aussi était telle que l'on en trouve que chez les Saints.

« Me voici de retour dans ma patrie, au Sanctuaire. Rien n'y a changé. »

La tour contenant l'horloge de flammes, en plein centre du Sanctuaire, se distinguait nettement, et au-delà s'étendaient les douze temples protégés par les Gold Saints. C'est là que se trouvait ce que l'on appelait les "Douze Maisons du Zodiaque", temples correspondant aux constellations de l'écliptique.

«  La dixième Maison du Zodiaque... celle du Capricorne... » dit le jeune homme, la voix empreinte de nostalgie.

Il posa ensuite son regard sur le Palais du Pope et sur l'autel d'Athéna qui se trouvaient au bout des Douze Maisons du Zodiaque.

Athéna est-elle finalement arrivée sur Terre ? se demanda-t-il.

C'était la question qui le préoccupait plus que tout, mais le jeune homme continua à observer en même temps les environs, posant son regard sur la zone d'entrainement où il avait sué tant de sang en forgeant son corps, et sur le colisée qui se tenait juste à côté. C'est vers cet endroit que ses jambes le conduisirent naturellement. C'est là qu'il avait lutté il y a deux ans avec pour enjeu l'honneur de pouvoir devenir un Saint, ainsi que pour la Cloth le prouvant, et il se mit alors à revivre scène par scène par scène le violent combat qui l'avait longuement opposé à son adversaire. Le jeune homme en était sorti vainqueur, et repenser au moment de sa victoire ne manquait jamais de faire battre la chamade à son coeur.


Je n'ai gagné que parce que la chance était de mon côté ce jour-là. Mais aujourd'hui c'est différent, je peux triompher grâce à mes propres capacités, pensa-t-il.


Et cette assurance était totalement fondée. Ces deux dernières années passées à s'entraîner sans relâche en Espagne, dans la chaîne des Pyrénées, lui avaient été très profitables, et c'est pourquoi il avait une telle confiance en lui-même. Le jeune homme prit une profonde inspiration et retint son souffle en fermant les yeux, comme pour méditer. Il se concentra alors, en laissant son Cosmos s'écouler dans tout son corps, tel l'eau provenant de la fonte des neiges dans une vallée, puis relâcha tout d'un coup, à la manière d'un cheval de course bondissant lorsque la porte de la piste s'ouvre.

(Image présente d'origine)

Le jeune homme rouvrit lentement les yeux et fixa alors la montagne nommée Star Hill, qui se dressait au delà de l'autel d'Athéna, telle une pointe déchirant les cieux. La distance qui le séparait de Star Hill n'était que de trois kilomètres. Il abattit alors soudainement son bras droit en direction de Star Hill tout en relâchant un cri. La pression créée par son poing fendit l'air et l'onde de choc fusa vigoureusement à travers les airs à la vitesse de la lumière tout en émettant un grondement. L'air gémit. L'onde de choc alla ainsi atteindre Star Hill sans rien perdre de sa force et toucha le toit de l'observatoire stellaire utilisé par le Pope. Deux fines colonnes de fumée s'élevèrent de l'endroit touché. Le jeune homme arrivait parfaitement à observer ceci à l'œil nu, mais son visage trahissait pourtant une certaine insatisfaction. Il ressentit alors un magnifique et acéré Cosmos dans son dos.


Hein ? Ce Cosmos, c'est..., se dit-il en se retournant avec un sourire.


Celui qui se tenait près de lui était Aiolos du Sagittaire, qui le regardait en souriant avec des yeux affectueux, ceux d'un proche ami.

« Aiolos !

— Shura ! Depuis quand es-tu donc revenu ? »

Mais le jeune homme dénommé Shura alla se jeter dans les bras d'Aiolos sans même répondre.

« On dirait bien que tu as encore poussé un cran plus loin la maîtrise de ton Cosmos, lui dit Aiolos d'une voix admirative après l'avoir réceptionné dans ses bras.

— Mais je suis encore loin de t'égaler.

— N'en sois pas si sûr. Il se pourrait bien que tu sois désormais aussi fort que moi.

— Mais... mais non voyons, ce n'est pas possible..., répondit Shura, qui se sentir gêné pour la première fois cette année-là.

— Voici donc le retour triomphal au Sanctuaire de Shura du Capricorne, Gold Saint protecteur de la dixième des Douze Maisons du Zodiaque, dit Aiolos en lui tendant une main avenante.

— M-merci Aiolos, dit Shura en lui serrant la main avec gratitude.

Aiolos demeura silencieux en serrant cette main. Celle-ci était devenue telle de l'acier, et en disait très long sur le sévère entraînement qu'avait suivi Shura.

Quelle... quelle main incroyable ! Il s'est donc entrainé à ce point ? Shura est devenu un homme redoutable..., pensa le Saint du Sagittaire.


« Qu'est-ce qu'il y a, Aiolos ? demanda Shura.

— La Maison du Capricorne est désormais infranchissable, dit Aiolos, qui se répondit surtout à lui-même.

— Aiolos ! »

Aiolos hocha silencieusement la tête en guise d'approbation tout en regardant Shura comme s'il était son véritable petit frère.

« Entendre ces paroles venant de toi est la plus grande des joies pour moi, car tu as toujours été mon modèle. C'est grâce à ça que j'ai pu endurer ce douloureux entrainement.

— Shura. A compter de maintenant je vais oublier que tu as quatre ans de moins que moi. Allons saluer le Pope. Et ce soir nous discuterons jusqu'à l'aube. »

Shura avait un léger sourire aux lèvres, car être ainsi reconnu par Aiolos, son modèle, le rendait plus heureux que tout.

  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.



Désastre

Le Pope du Sanctuaire était la personne située au sommet de la hiérarchie, et de génération en génération un des Gold Saints se démarquant pour sa bonté, sa sagesse et son courage était désigné pour ce rôle par l'esprit divin, héritant ainsi du trône de son prédécesseur. Il était très fréquent que le changement de Pope ait lieu juste avant le début d'une Guerre Sainte. Les Guerres Saintes avaient débuté lorsque Poséidon, l'empereur des Mers régnant sur le monde sous-marin, avait tenté d'envahir la surface de la Terre, et le terme désignait depuis les conflits opposant des forces capables d'exprimer le Big Will, la volonté divine. Athéna se manifestait lorsque le mal s'étendait sur Terre, et les Saints éparpillés aux quatre coins du monde se réunissaient alors au Sanctuaire sur ordre du Pope afin de se préparer aux Guerres Saintes à venir. Jusque-là, les Guerres Saintes s'étaient répétées en suivant des cycles variant de 230 ans à 250 ans.

La dernière Guerre Sainte en date avait eu lieu 229 ans plus tôt, mais même s'il y avait eu à l'époque 79 Saints - le plus grand nombre jamais atteint au cours de l'Histoire - la bataille avait été si rude que seule une poignée de personnes y avaient survécu. L'un de ces survivants était le Vieux Maître qui allait un jour entraîner Shiryū au Pic des Cinq Anciens, le Gold Saint Dōko de la Balance. Et le Pope actuel était lui aussi un de ces survivants.


« Ah, je te souhaite un bon retour parmi nous, Shura.

— Je vous souhaite les meilleures dispositions, répondit poliment Shura au Pope en se confirmant à l'étiquette.

— Prends donc le temps de te reposer ce soir.

— À vos ordres ! Je vous en suis pleinement reconnaissant !

— Tu es devenu très robuste, Shura, dit Āres, frère benjamin du Pope, qui se tenait discrètement près du trône.

— Seigneur Āres, c'est aussi grâce à vous... »

Āres assistait le Pope, qui en plus de son âge avancé était désormais souffrant, et ce frère se chargeait ainsi d'une partie des tâches normalement dévolues au Pope. C'était un homme honnête et toujours là pour assister le Pope. Les Saints lui vouaient par conséquent toute leur confiance, et il bénéficiait d'un respect et d'un soutien qui n'avaient rien à envier à ceux que recevait son frère aîné.

« Et nous comptons donc ainsi parmi nos rangs le Gold Saint chargé de la protection de la Maison du Capricorne.

— Āres, attendons donc demain pour expliquer à Shura quels vont être ses devoirs, dit le Pope avant de se lever lentement de son trône.

— À vos ordres ! Shura, tu peux repartir. Prends donc ton temps pour te reposer, dit Āres en obéissant à son frère aîné.

— Merci beaucoup. »


Shura fit un salut révérencieux, mais au moment où il s'apprêtait à partir, il sentit soudain un puissant et agressif Cosmos dans son dos, qui mit instinctivement son corps en alerte.

Qu... qu'est-ce-que c'est que ce Cosmos ? se dit-il.


(Image présente d'origine)

« Saga ? » s'exclama le Pope, surpris.

Shura se retourna en laissant échapper un cri de surprise. Saga, Gold Saint des Gémeaux, continua à avancer lentement dans la salle, avec un sourire froid au coin des lèvres.


« Je vous souhaite les meilleures dispositions... moi, Saga des Gémeaux, suis venu au rapport. » dit-il lui aussi avec le respect qu'exigeait l'étiquette.


Shura ferma les yeux afin de chercher à voir si l'étrange Cosmos qu'il avait ressenti juste avant était provenu de Saga. Mais il ne sentit finalement émaner de Saga qu'un majestueux et paisible Cosmos digne d'un Gold Saint.


Étrange... à qui appartenait donc ce Cosmos ? Se pourrait-il qu'il eut pu s'agir d'un intrus ou d'une personne cherchant à nous attaquer ? se demanda silencieusement Shura.

« Tu es ? l'interpela Saga.

— Shura, Gold Saint du Capricorne, répondit le concerné.

— Oh, c'est donc toi...

— Est-ce que le puissant Cosmos que j'ai ressenti tout à l'heure t'appartenait ?

— Hum ? Non, je ne pense pas...

— Ah bon... »

Les deux hommes se regardèrent tels des adversaires, chacun sur ses gardes, et leurs regards perçants semblaient s'entrechoquer en créant des étincelles.


Quelle est donc cette lueur inquiétante que j'aperçois au fond des yeux de Saga ? se demanda en silence Shura.


Les deux hommes restèrent ainsi se fixer l'un l'autre jusqu'à ce que le Pope désamorce finalement la situation et mette un terme à la tension qui régnait.


« Qu'en est-il de la situation concernant Poséidon, Saga ?

— Il n'y a pas eu de changement particulier...

— Surveiller Poséidon est une tache très importante Saga. Nous ne pouvons nous permettre de relâcher notre attention ne serait-ce qu'un instant. Il s'est déjà passé 229 ans depuis la précédente Guerre Sainte, et le retour d'Athéna sur Terre ne saurait tarder.

— À vos ordres !

— Saga, cela fait longtemps que tu n'es pas revenu au Sanctuaire. Tu peux y rester cette nuit.

— Je vous en remercie. » dit Saga avant d'adresser un salut respectueux au Pope.

Saga... cet homme reste constamment sur ses gardes..., pensa Shura, qui n'avait cessé de le fixer du regard.


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.



La naissance de l'épée sainte Excalibur

La nuit s'était abattue sur le Sanctuaire, et l'on aurait pu se demander si les lueurs des étoiles qui emplissaient la voûte céleste n'étaient pas les réincarnations d'anges à la beauté éternelle. Shura se trouvait sur une terrasse, assis dans une chaise tout en contemplant le reflet des étoiles dans le verre qu'il tendait vers les cieux.

« Aiolos, quel genre de Saint est Saga ? demanda Shura.

— Saga... Eh bien... Je dirais que personne, pas même le Pope, ne sait vraiment ce qu'il pense. C'est un homme secret à ce point-là. En ce qui me concerne, j'ai l'impression qu'il porte une certaine part d'ombre en lui. »

Shura médita ces paroles. Alors qu'il repensait au mystérieux regard de Saga, Shura ressentit à nouveau une faible trace de ce Cosmos agressif.

« Aiolos ?

— Oui ! lui répondit celui-ci, qui avait également ressenti ceci.

— C'est ça Aiolos ! C'est le Cosmos que j'avais ressenti !

— Allons-y ! » dit Aiolos, qui s'était levé prestement.

Shura fut quelque peu pris au dépourvu par la célérité avec laquelle Aiolos s'était élancé et avait commencé à courir.

« Le Pope est en danger, Shura !

— Hein ? »

Aiolos fonça vers le Palais du Pope, avec Shura derrière lui.

Et mince... je suis encore loin d'être au niveau d'Aiolos, se dit Shura tout en courant.

La vitesse surhumaine qui était la norme chez les Gold Saints leur permit de gravir en un rien de temps les escaliers en pierre et d'atteindre le Palais du Pope sans même rependre leur souffle. Ils virent alors qu'Āres s'était interposé tel un bouclier entre le Pope et un assassin venu attenter à la vie de celui-ci. Āres possédait une force considérable en tant que Silver Saint, mais il était malgré tout couvert de blessures tandis que l'assassin était quant à lui indemne. Cet intrus était donc plus puissant qu'un Silver Saint, et le masque qui dissimulait son visage empêchait de savoir qui il était vraiment.


« Seigneur Āres ! s'écria le Saint du Sagittaire.

— Ah, Aiolos ! répondit le Silver Saint.

— Qui es-tu, vermine ? Comment as-tu osé t'introduire dans le Palais du Pope ? Il ne saurait y avoir de plus grande folie ! Et tu as en plus eu l'outrecuidance de dresser ton poing contre le Pope ! Révèle ton nom ! »

Mais l'assassin resta complètement silencieux. C'est alors qu'Āres sembla remarquer quelque chose et poussa un cri.

« Tu... Se pourrait-il que... ! »

« Est-ce que cette armure te dit quelque chose, Aiolos ? demanda Shura.

— Non. C'est la première fois que j'en vois une comme ça. »


L'armure portée par cet assassin déterminé à tuer le Pope était complètement différente des Cloths des Saints.

Ca ressemble un peu des écailles de poisson... se dit Shura.

L'assassin n'avait rien répondu à la question qui lui avait été posée, mais le Pope se chargea d'expliquer la situation.

« Ce genre d'armure s'appelle une Scale, et c'est ce que portent les Marinas au service de Poséidon.

— "Marinas" ? "Scales ?", s'exclama Shura, qui entendait pour la première fois ces termes.

— Elles sont constituées du légendaire Orichalque.

— Tu es donc un assassin envoyé par Poseidon ? » demanda Shura à cet homme.

Mais celui-ci demeura complètement silencieux, et il attaqua alors soudain Āres avec une attaque à la vitesse de la lumière. Même lui ne put éviter ce coup. Il fut touché à l'estomac et s'effondra par terre avec un cri de douleur. L'assassin quant à lui bondit dans la foulée vers le Pope.

« Oh... oh non ! » s'écria Aiolos, alors que l'intrus se trouvait déjà pile devant le Pope. Mais même s'il était désormais vieux et affaibli par la maladie, le Pope n'en restait pas moins un ancien Gold Saint. Ce n'était pas quelqu'un qui allait se laisser abattre par un assassin dans réagir, et il évita ainsi sans peine l'attaque violente de cet homme.

« Votre Grandeur ! » s'écrièrent Aiolos en Shura en s'élançant rapidement vers celui qu'ils étaient censés protéger.

Quelle qu'ait pu être l'assurance que l'assassin avait en ses propres capacités, il n'était pas envisageable qu'il puisse tenter d'affronter en même temps deux Gold Saints en service actif. Celui-ci fit cependant un grand saut dans les airs et atterrit alors derrière le Pope.

« Ma... malédiction ! »


Le Pope lui-même n'avait pas prévu que cet homme parviendrait à le prendre ainsi dans le dos. Aiolos et Shura ne pouvaient plus rien faire contre l'assassin, qui utilisait ainsi le Pope tel un bouclier.

« Nous devons rester sur nos gardes, sans laisser la moindre faille, tout en restant prêts à attaquer. Notre seule option est désormais d'attendre qu'il fasse une erreur. »

La sueur dégoulinait sur les fronts des deux Gold Saints face à un tel adversaire. Ce dernier, qui était maintenant en position dominante, maintenait une attitude menaçante à l'égard d'Aiolos et de Shura, tel un chat jouant avec des souris. C'est alors que Shura ressentit un puissant et agressif Cosmos. C'était exactement le même que celui qu'il avait senti dans le Palais du Pope en début de soirée.

« C'est ce Cosmos ! » se dit-il.

Aiolos l'avait lui aussi ressenti.

« Ce... ce Cosmos... se pourrait-il que... ? »

Il avait l'impression de connaitre ce Cosmos.


«  Relâche immédiatement le Pope si tu souhaites repartir d'ici en vie ! cria Aiolos tout en pointant l'assassin de son index droit.

— Pfft. »

L'assassin émit un rire méprisant étouffé par son masque. Aiolos éleva son Cosmos et tira alors une décharge d'énergie avec son index droit en direction de l'intrus. Mais ce dernier ne fut pas le moins du monde intimidé par ceci et évita le coup sans même se mettre en position de défense. L'inconnu leva alors son bras droit, prêt à frapper le Pope. Shura retint son souffle.

« T-tout dépend de toi, Aiolos ! hurla Āres, qui venait de relever la tête.

— Allez chercher Saga ! La situation est vraiment périlleuse ! cria à son tour Aiolos.

— Hein ? »

L'assassin sembla ressentir une infime hésitation alors qu'il était sur le point d'abattre son bras.


« Shura ! Utilise le tranchant de ta main ! » cria à son tour le Pope, comme s'il lui donnait un ordre.


Shura raidit aussitôt sa main droite telle une épée et l'abattit dans la direction de l'assassin. Un rai de lumière fusa et un cri de douleur s'en suivit. Shura ne s'attendait absolument pas à porter un tel coup d'épée avec son bras. Une sorte de force s'était mise en branle en lui, et son bras avait semblé bouger comme mû par une volonté indépendante, et la résultante en avait été une incroyable puissance destructrice.

Du sang frais s'écoula goutte à goutte de la blessure que l'assassin venait de recevoir près du coude.

« Qu- qu'est-ce que c'était que ça ? » s'écria Shura, surpris de ce qu'il était parvenu à réaliser.

Aiolos tira envoya immédiatement deux coups de poing semblables à des flèches en direction de l'ennemi, sans laisser à celui-ci le moindre moment de répit. L'assassin, qui avait désormais des failles dans sa défense, ne put éviter l'attaque et l'épaule de sa Scale fut alors heurtée par des coups pesants et concentrés. L'orichalque constituant la Scale assurait que celle-ci ne pouvait être détruite par de telles attaques, mais le choc suffit cependant à détacher l'épaulette, tandis que l'homme réprimait un cri de douleur.

Shura fondit sur lui avant qu'il ne puisse se remettre en position de combat, et l'assassin fit alors un ample saut pour l'éviter. Aiolos agit quant à lui de concert avec Shura et profita ainsi des efforts de ce dernier pour de se rapprocher du Pope et le protéger. L'assassin projeta Shura avec une sorte de Tomoe Nage, puis reprit immédiatement sa posture de combat. Le Gold Saint fit un salto dans les airs avant de se réceptionner en vitesse. Āres avait de son côté réuni toutes ses forces afin de se relever et de reprendre une posture de combat. Et Aiolos était en train d'assurer les arrières du Pope tout en intensifiant son Cosmos.


L'intrus n'avait nul autre choix que d'abandonner. Il semblait effectivement déraisonnable ces quatre adversaires qui n'étaient pas moins que deux Gold Saints en service, un Silver Saint, et le Pope, ancien Gold Saint de son état. L'homme frappa le sol du pied avec frustration puis se tourna vers la fenêtre qui était derrière lui et sauta au travers, disparaissant dans les ténèbres accompagné d'un bruit de verre qui se brise.


« Ne le poursuis pas ! cria Āres à Shura, qui était sur le point de s'élancer après l'assassin.

— Pourquoi ?

— Il fait complètement noir dehors. Si tu le suis imprudemment, tu finiras par être trompé par les ténèbres et l'irréparable pourrait se produire.

— Āres a raison. » dit le Pope.

Shura et Aiolos échangèrent un regard en entendant l'avis du Pope, et acquiescèrent.

« A vos ordres. Mais qui est-ce que ça pouvait bien être ?

— A priori, quelqu'un envoyé par Poséidon, mais... » dit Aiolos en tournant la tête.

Āres quant à lui demeurait silencieux.

« Aiolos, Shura, je suis désolé de vous avoir causé un tel dérangement, dit le Pope en abaissant la tête.

— Votre Grandeur ! Vous ne nous causez ni le moindre soucis ni le moindre embarras.

— Je partage cet avis. »

Aiolos et Shura ressentaient eux aussi de l'humilité et de la reconnaissance envers le Pope, qui était en train de leur témoigner son estime.


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.

Suspicion

Tout était déjà terminé lorsque Saga arriva, vêtu d'une chemise à manches longues qui semblait quelque peu hors de saison alors qu'ils étaient en plein milieu du mois d'août, en Grèce.

« Saga, un assassin vient d'attaquer le Pope ! »

Le visage de Saga changea de couleur en entendant les mots de Shura.

« Comment ? On s'en est pris au Pope ? Mais qui a donc pu faire ça ?

— Il s'agissait apparemment d'un Marina de Poséidon...

— D'un Marina ?

— Saga, retourne immédiatement surveiller Poséidon.

— À vos ordres ! » dit Saga avant d'adresser un salut révérencieux.


Pendant ce temps, Āres n'avait cessé d'observer les moindres mouvements de Saga et semblait préoccupé par quelque chose. Saga remarqua ceci et lança alors à Āres un regard de mécontentement.

« Écoutez bien ce que j'ai à vous annoncer. » dit à ce moment-là le Pope, qui avait une nouvelle importante à leur communiquer.

Aiolos et les autres Saints se réunirent formellement face à lui.

« Athéna va bientôt se manifester sur Terre.

— Comment ? » s'écrièrent les auditeurs, tous aussi surpris les uns que les autres.

Athéna va finalement apparaître en ce monde..., pensa Shura, qui se sentait encore plus excité que lorsqu'il avait reçu sa Cloth.

Saga..., se dit de son côté Āres, qui avait remarqué le rictus glacial que les Saint des Gémeaux avait eu sur ses lèvres lorsqu'il avait entendu cette nouvelle.

« Ainsi que vous le savez, l'avènement d'Athéna signifie que le temps de se préparer à de nouvelles Guerres Saintes est venu. Et Poséidon n'est pas le seul qui convoite cette Terre. Hadès, l'empereur des Ténèbres et Arès, le dieu de la Guerre, n'ont probablement pas encore renoncé à leurs ambitions. Nous devons nous préparer aux batailles qui arrivent. » poursuivit le Pope.

Shura ne put empêcher son visage de trahir sa nervosité.

« Et c'est donc pour ça, Saga, que tu vas investir toutes tes forces pour surveiller les mouvements de Poséidon ! continua le Pope.

— À vos ordres !

— Quant à toi, Aiolos, tu vas renforcer les défenses du Sanctuaire !

— À vos ordres !

— Et toi Shura, tu vas te rendre aux quatre coins du monde afin d'aider à accélérer la formation des Saints !

— À vos ordres !

— Attelez-vous immédiatement à vos missions !

— À vos ordres ! répondirent les trois Gold Saints, dont le Cosmos bouillonnait de passion.

— Le coup que tu as porté avec le tranchant de ta main était superbe, Shura, le félicita le Pope.

— Merci ! Mais c'est comme si ma main avait bougé toute seule avant même que je ne m'en rende compte...

— C'est quelque chose qui t'a été octroyé par l'encore absente Athéna

— Comment ? Octroyé par Athéna? s'exclama Shura, même si Aiolos, Saga et Āres étaient tout aussi stupéfaits que lui.

— On dirait bien que la volonté divine demande à ce que cette technique soit baptisée "l'épée sainte Excalibur".

— Excalibur... ?

— Tu vas devoir en faire ta spécialité afin qu'elle puisse devenir ta technique mortelle. Sublime ton corps afin d'être prêt à protéger Athéna lorsqu'elle se manifestera sur Terre.

— À vos ordres ! Et merci pour vous conseils ! »

Shura observa son bras droit et versa alors une, puis deux larmes.

« Athéna... »

Ces larmes témoignaient de la reconnaissance qu'il ressentait envers la déesse qui demeurait encore invisible.

« Bravo, Shura, dit Aiolos qui serra la main droite de son ami tout en le congratulant.

— Merci, Aiolos.

— Félicitations, Shura. » dit Saga en tapant sur l'épaule de celui-ci.

Les yeux d'Āres brillèrent alors l'espace d'un moment, car celui-ci venait d'apercevoir une tâche de sang qui s'étendait petit à petit près

N...non... Saga, se pourrait-il que..., se dit-il.

« Vous pouvez maintenant repartir. » annonça le Pope.

Aiolos et les autres Gold Saints lui adressèrent alors un salut respectueux.

« Saga, je suis désolé de te déranger, mais pourrais-tu venir ensuite dans mes quartiers ?

— Que se passe-t-il donc, seigneur Āres ?

— Il y a juste une petite chose dont je voudrais discuter avec toi... »

Saga quitta les lieux d'un pas rapide, l'air contrarié.




Une fois revenu dans ses quartier, Āres, seul, fit silencieusement le point sur la situation.

De nombreuses barrières protègent le Sanctuaire, et nul ne devrait être en mesure de les briser et de pénétrer ici, si ce n'est un Gold Saint. Si cet assassin était un véritable Marina, aurait-il vraiment pu briser ces barrières... Mais s'il s'agissait par contre d'un Gold Saint, alors... Saga est arrivé avec beaucoup de retard. Et cette chemise à manches longues... Et j'ai bien cru voir une grave de sang près du bout des manches... Était-ce juste mon imagination ?


Āres entendit alors frapper à la porte et Saga entra dans la pièce. Il s'avança vers Āres avec une leur étrange au fond de ses yeux.

« De quoi vouliez-vous me parler ? »

Āres saisit le bras droit de Saga au moment même où celui-ci commença à parler et releva alors sa manche de force.

« Qu-qu'est-ce que ça signifie ? » s'indigna Saga en s'écartant d'Āres.

L'inspection d'Āres avait révélé une blessure fraîche et nette sur son bras, laissée par l'Excalibur de Shura.

(Image présente d'origine)

« J'avais donc bien raison, Saga. Je suis probablement le seul à avoir remarqué ça. S'il ne s'agissait que d'une lubie passagère, oublie-la au plus vite.

— Ha ha ha... Dommage pour toi Āres, tu aurais pu vivre un peu plus longtemps si tu n'avais pas remarqué ça.

— Comment ? »

Les yeux de Saga changèrent se couleur pour se teinter complètement d'un rouge sang cruel. Il était devenu une personne entièrement différente.


« Sans rancœur, ça n'a rien de personnel. Je fais tout ceci afin que moi, le Saint des Gémeaux, puisse régner sur cette Terre à la place d'Athéna. Il ne me reste que peu de temps pour agir face à l'imminence de l'arrivée d'Athéna. Je me suis débarrassé à point nommé d'un de ces Marinas et ai récupéré sa Scale... Et maintenant, reçois la plus puissante technique de Saga des Gémeaux ! Galaxian Explosion ! »

L'arcane de Saga créa une explosion qui s'abattit impitoyablement sur Āres , le tuant sur le coup. Saga, un rictus cruel aux lèvres, baissa les yeux avec arrogance et mépris sur le cadavre d'Āres.

« Ha ha ha... À compter d'aujourd'hui, Saga sera "le seigneur Āres" » déclara-t-il en retirant le masque de celui-ci.

Il suffira de dire que le Gold Saint des Gémeaux parcourt sans relâche les sept mers afin de surveiller les actions entreprises par Poséidon... J'attendrai ensuite le moment propice pour assassiner le Pope, puis je tuerai également Athéna. Et le Sanctuaire appartiendra alors au sublime Saga... Ha ha ha ha ha ! pensa le Saint des Gémeaux.

  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.

Avènement

Un an s'écoula après ces événements, et Athéna descendit sur Terre, sur l'autel d'Athéna. Shura fut rappelé au Sanctuaire, où il n'était pas revenu depuis une année, afin de célébrer cet événement. Le Pope était mort, et en attendant de désigner un successeur légitime, c'était son frère cadet Āres -en réalité Saga- qui possédait tous les pouvoirs en tant que substitut du Pope.

« Aiolos prépare en secret l'assassinat d'Athéna. Shura, j'aimerais que tu fasses en sorte de contrecarrer ses plans. » murmura Āres au Saint du Capricorne.

— C-comment ? C'est impossible ! Aiolos n'est pas ce genre d'homme !

— Je suppose que tu ne te soucies donc pas de ce qui pourrait arriver à Athéna...

— Comment ? Bien sûr que si ! Nous autres Saints existons pour protéger Athéna et pour empêcher le mal d'agir à sa guise sur Terre.

— Dans ce cas-là, tu ne devrais pas avoir de questions à te poser, Shura. »


Shura demeura hésitant. Il ne pouvait croire qu'Aiolos pouvait avoir l'intention de commettre une telle folie.

« Nous pourrons trouver un nouveau Saint du Sagittaire, mais Athéna est en revanche irremplaçable, Shura !

— Très bien. Je vais aller demander confirmation auprès d'Aiolos.

— Idiot...

— Comment ?

— Parce que tu t'imagines que si tu lui demandes s'il a l'intention de tuer Athéna, il va simplement te répondre "Oui !" ? qui ferait ça ?

— ... »

Son coeur pur, tel un miroir, commença à être de plus en plus en proie au doute, comme si une immense pierre venait de s'écraser sur sa surface.


Cette nuit-là.

Athéna, Saori, qui n'était encore qu'un bébé venant tout juste de naître, était en train de dormir à l'intérieur de l'Autel d'Athéna. Elle n'avait pas encore conscience qu'une silhouette était en train de se rapprocher d'elle, celle d'un homme déterminé à l'assassiner. La silhouette en question était vêtue d'une robe de prêtre, et tenait fermement une dague dans sa main. La faible lumière révéla qu'il s'agissait d'Āres (en réalité Saga). Il s'approcha du berceau et leva sa dague. Athéna quant à elle sommeillait paisiblement, ignorant ce qui était en train de se produire. La dague brilla au sein de la faible lumière.


« Meurs Athéna ! » s'exclama-t-il en abattant l'arme en ligne droite vers Athéna.

Cependant, quelqu'un saisit fermement le poignet de Saga alors que la dague était sur le point d'atteindre Athéna.

« M... maudit sois-tu, Aiolos !

— Comment pouvez-vous faire une telle chose, seigneur Āres ? Auriez-vous perdu la raison ?

— Lâche-moi ! »

Saga dégagea son bras et tenta à nouveau de poignarder Athéna. Mais Aiolos l'avait pris d'avance et le nourrisson se trouvait maintenant dans ses bras, toujours aussi paisible, dans le moindre pleur.

« Seigneur Āres ! Cette enfant est la réincarnation d'Athéna, qui ne nous est envoyée qu'une fois en plusieurs siècles par les dieux ! Qu'est-ce qui vous prend ?

— Ne te mets pas en travers de mon chemin, Aiolos !

— Cessez cette folie ! »


L'attaque d'Aiolos explosa sur Āres et la dague tomba par terre tandis que le masque qu'il portait roulait sur le sol.

« Comment ? » s'écria un Aiolos stupéfait en apercevant le visage de Saga.


« Sa... Saga ? Mais... que... ?

— Uh... Tu m'as donc vu Aiolos... Je ne peux laisser vivre quelqu'un qui a vu mon visage ! Tu vas mourir ici-même en compagnie d'Athéna ! »


(Image présente d'origine)

Saga porta un coup avec son poing droit, avec la force de frappe appropriée pour un Gold Saint. Aiolos évita de justesse cette attaque tout en maintenant Athéna contre lui pour la protéger, et l'attaque de Saga, maintenant privée de cible, pulvérisa le mur en pierre qui se trouvait sur sa trajectoire. Aiolos se reprit et s'élança promptement à travers le trou créé dans le mur.


« Rattrapez-le ! Aiolos a tenté un coup d'État ! » cria Saga tandis qu'Aiolos fuyait de toutes ses forces.

Saga, qui avait repris son déguisement d'Āres, expliqua aux gardes et Saints réunis que Aiolos avait tenté d'assassiner Athéna, et leur ordonna de se lancer à sa poursuite. En entendant cela, Shura se mit finalement à croire ce dont Āres lui avait fait part plus tôt, et il partit lui aussi à la recherche d'Aiolos.

« Comment as-tu pu faire une telle chose, Aiolos ? »


L'image de grand frère que Shura voyait autrefois en Aiolos disparut complètement de son esprit alors qu'il le traquait.


Aiolos courut jusqu'à la sortie du Sanctuaire en tenant Athéna dans ses bras et avec la boîte contenant sa Gold Cloth du Sagittaire sur le dos. Mais il fit alors contraint de s'arrêter. Shura venait d'apparaître face à lui.


« Pensais-tu parvenir à fuir sans encombres, Aiolos ?

— Attends, Shura ! Écoute-moi !

— Ça ne te ressemble pas d'essayer de te chercher des excuses pour sauver ta peau. Je vais t'abattre. Et j'utiliserai pour ceci l'épée sainte Excalibur qu'Athéna m'a confié !

Le jeune homme qui ressentait autrefois de l'attachement pour Aiolos, qu'il voyait comme un frère aîné, n'existait plus. L'Excalibur gorgée des larmes de Shura fendit la terre en plusieurs rayons de lumière.

Fin de traduction