Interviews/FigureOu/Gō Wakabayashi

De SaintSeiyaPedia
Share/Save/Bookmark
Aller à : navigation, rechercher
  • Interview de Gō Wakabayashi, producteur de Saint Seiya Ω. Publiée en mars 2012 dans le magazine Figure Ou avant le début de la diffusion de la série.


  • Traduction jp->fr par Archange.


  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


Nocopy.jpg
  • Les articles de ce site ont nécessité de nombreuses heures de rédaction. Merci de ne pas en recopier des parties sans autorisation.
  • Many hours were spent on these articles. Please don't copy part or make translations of them without permission. Also, an english version is planned (and maybe a spanish one in a far future), so for the time being, why don't you join us on the English speaking boards?


Traduction

Gō Wakabayashi (2013)

Né le 9 mai 1979 à Tôkyô. Est entré à la Toei Animation en avril 2004. Il s'est au début chargé de la commercialisation à l'étranger et a donc vécu 4 ans en France puis est revenu au Japon suite à un transfert vers le département de coordination des projets. Il a travaillé en tant qu'assistant de production sur "Kûchû Blanco" et "Heartcatch Precure". Il a ensuite été affecté en tant que producteur sur "Dragon Ball Kai", "Toriko" et maintenant "Saint Seiya Omega".


Notes du traducteur

- nekketsu: au sang chaud, quelque chose plein d'ardeur et de passion.


1) Avant de commencer à parler de Saint Seiya Omega, j'aimerais vous dire que votre nom m'intrigue.

Wakabayashi : Nous commençons par ça (rires) ? En fait, c'est parce que ma mère était fan de Gō Wakabayashi dans "G Men '75". Comme je suis né en 1979, alors que la diffusion était en cours, elle m'a donné ce prénom. Lorsque j'ai passé mon entretien d'embauche j'ai aussi eu droit à cette question. Je me demande si ça a joué pour que je sois pris (rire).


2) En étant né en 1979 vous faites donc partie de la génération à qui était destiné le Saint Seiya original ?

Wakabayashi : Je pense que c'est une oeuvre pour laquelle tous les enfants de ma génération se sont passionés. Et bien entendu, en plus de regarder la série à la télévision, je possédais aussi plusieurs figurines de la collection Saint Cloth Series. La première que l'on m'a acheté était celle d'Aiolia du Lion, et j'ai aussi beaucoup apprécié les dernières Bronze Cloths basées sur le design du manga. Après, je me rappelle aussi que je n'avais pas réussi à trouver le jeu Famicom "Saint Seiya ôgon densetsu", et je m'étais donc contenté de regarder le jeu chez un ami pendant qu'il y jouait.


3) Et nous allons donc enfin commencer à aborder le projet Saint Seiya Omega. Qu'avez-vous à nous dire à ce sujet ?

Wakabayashi : En fait, après avoir incorporé la Toei j'ai vécu et travaillé 4 ans en France en tant que chargé de vente pour l'étranger. Pendant cette période j'ai travaillé sur la licence Saint Seiya et ai pu constater que la franchise dans ce pays continuait à bénéficier d'une grande popularité et que les produits se vendaient bien. Il y a même un français qui a chanté Pegasus Fantasy pendant une émission de télé. J'ai fini par rentrer au pays lorsque j'ai incorporé le département de coordination des projets. J'ai alors travaillé en tant qu'assistant de production sur "Kûchû Blanco" et "Heartcatch Precure", puis ensuite en tant que producteur sur "Dragon Ball Kai" et "Toriko". Après un certain temps passé sur Toriko, on m'a proposé la position de producteur sur "Saint Seiya Omega". Ce fut évidemment une grande surprise pour moi et je me suis empressé de répondre que je voulais absolument m'en occuper.
  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


4) De quelle manière a été conçue l'intrigue ?

Wakabayashi : Lorsque j'ai rejoint le projet en tant que producteur, celui-ci se résumait à « nous allons faire du Saint Seiya ». Les deux points qui étaient cependant posés d'office étaient que l'on aurait des personnages se relevant encore et toujours -ce qui est après tout l'essence de Saint Seiya- et que les personnages porteraient des Cloths pendant lorsqu'ils se battraient. Au début, nous avions envisagé de faire soit une nouvelle histoire autour de Seiya et de ses compagnons, soit une histoire suivant une génération qui succéderait à celle de Seiya. J'ai ensuite apporté ces deux suggestions à Kurumada Production, le studio de Masami Kurumada, auteur de l'oeuvre originale. Il m'a demandé de lui expliquer quel genre de Saint Seiya je voulais créer, et je lui ai alors dit que je voulais produire un nouveau Saint Seiya qui pourrait s'adresser à une nouvelle génération qui n'a pas connu Saint Seiya, tout en insérant des éléments capables de faire plaisir aux anciens fans. Masami Kurumada m'a alors dit « ce serait bien que vous preniez un peu plus de libertés ». Cette réponse m'a incroyablement encouragé.


L'équipe est alors retournée au travail et s'est mise à réfléchir à de nouvelles idées. Il y a même eu des cas où un protagoniste autre qu'un Saint de Pégase a été envisagé. Je compilais ponctuellement ces idées et allais les montrer à Masami Kurumada. Et c'est en répétant ce processus que nous avons façonné le moule de Saint Seiya Omega. Au final, Seiya est devenu Gold Saint et le héros, Saint de Pégase, et ses compagnons y sont décrits. Il était aussi extrêmement important de montrer le moment où le héros deviendrait un Saint. Parce que la première scène qui nous a émus dans Saint Seiya est celle où Seiya reçoit sa Cloth et devient un Saint. Et un nouveau héros était donc nécessaire pour avoir l'occasion de recréer cette scène et son tonus.


5) De quoi avez-vous parlé avec Masami Kurumada ?

Wakabayashi : Je lui ai dit que je voulais faire de ce Saint Seiya une oeuvre que les gens chériraient. Je pense qu'Omega est un des moyens permettant de faire vivre Saint Seiya éternellement. Je pense qu'il y a aussi dedans des choses que Masami Kurumada ne ferait jamais dans son Saint Seiya. J'en suis tout à fait conscient. Mais tout ceci est parce que je veux que Saint Seiya continue à rester dans le futur une franchise aussi populaire qu'elle l'est aujourd'hui. Et c'est pourquoi cette suite animée exclusive existe.


6) Quels étaient les souhaits de Masami Kurumada ?

Wakabayashi : L'inclusion d'une femme Saint dans le groupe principal est une idée de Masami Kurumada. Jusque là ses oeuvres ont surtout été du genre à déchaîner la passion des garçons, et il aimerait donc bien qu'Omega soit une oeuvre qui puisse aussi être regardée par un public féminin.


7) De quelle manière a été organisé le staff ?

Wakabayashi : La première personne que j'ai invité en premier sur le projet fut Reiko Yoshida, car j'avais toujours eu envie de travailler avec cette scénariste. Je trouve qu'elle dépeint de manière très intéressante les relations humaines. L'amitié est un thème très important dans Saint Seiya, et je me suis donc dit qu'il valait mieux y accorder une grande place. Et même si ce nouveau Saint Seiya est avant tout pensé comme un anime d'action, je souhaitais que les aspect dramatiques puissent bénéficier de la peinture humaine conçue par Reiko Yoshida.
  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


8) Pourquoi avez-vous choisi Yoshihiko Umakoshi pour le character design ?

Wakabayashi : Depuis l'époque où j'étais assistant de production sur Heartcatch Precure, je me suis dit que c'était quelqu'un avec qui j'aimerais travailler quand je deviendrais producteur. De plus, comme il avait auparavant déclaré avoir été influencé par Shingo Araki, son nom s'est tout de suite profilé dans mon esprit lorsqu'il a été question de produire une nouvelle série de Saint Seiya. Je lui ai également demandé de s'occuper du design des Cloths. Il a au début produit des Cloths dans la lignée de l'ancienne oeuvre, mais il était finalement impossible de surpasser les Cloths déjà existantes avec cette vision. Je pense que c'est parce que leurs lignes et leurs rendus ont été complètement exprimés par le manga original et l'ancien anime.

Pour prendre un exemple, c'est comme avec les voitures des années 80, qui ont une apparence tout à fait différente de celles d'aujourd'hui. Nous avons donc changé notre vision afin de montrer des Cloths correspondant à notre époque. De plus, un design d'anime ne se limite pas qu'à produire un seul dessin, on ne peut commencer à le considérer comme final que lorsque l'on considère de quelle manière il va bouger. Et c'est en discutant des scènes d'action avec Morio Hatano que nous en sommes arrivés au concept d'un « métal souple, flexible, comme il n'en existe pas sur Terre ». Nous avons ensuite parlé de cette idée en réunion avec Yoshihiko Umakoshi, qui nous a aussi dit vouloir mettre l'accent sur l'action, et nous avons donc changé notre idée de base sans le moindre regret et avons commencé à produire ces nouveaux designs de Cloths.


Je pense qu'il y aura probablement parmi les anciens fans des gens qui ressentiront un certain malaise vis a- vis de ces nouvelles Cloths, mais ces designs prennent tout leur sens lorsque l'on voit les dessins de Yoshihiko Umakoshi en mouvement, et j'espère donc que ces gens essaieront eux aussi de regarder la série. Sinon au niveau des casques, comme un grand nombre ont fini par être des diadèmes laissant les cheveux libres, j'ai demandé à en mettre aussi un ressemblant à un des casques complets de l'ancienne série afin d'apporter un peu de variation. C'est la forme originale du casque du Petit Lion.


9) Et Morio Hatano est quelqu'un qui a travaillé avec Yoshihiko Umakoshi sur Heartcatch Precure.

Wakabayashi : Je me suis mis à réfléchir au choix du réalisateur à peu près en même temps que pour celui du directeur d'animation. Morio Hatano m'avait fait forte impression sur l'épisode 23 d'"Heartcatch Precure!" qu'il avait réalisé, celui dans lequel Cure Sunshine est introduite. J'ai senti que les layouts et le travail de caméra qu'il avait montré dans cet épisode correspondaient à l'image que je me faisais de Saint Seiya Omega. Comme Morio Hatano a été influencé par Shigeyasu Yamauchi, qui avait contribué à Saint Seiya, je me suis dit que ce realisateur qui me donnait un sentiment "saintseiyatesque" pourrait peut-être être l'héritier de Yamauchi.


J'ai alors expliqué à Hatano-san que je souhaitais faire un anime de combat dans la plus pure lignée des grands mangas shōnen. De faire sans honte une histoire peu raffinée pleine de sang et de larmes. L'image du désastre du 11 mars 2011 était très présente au moment où ce projet a été lancé, et les gens qui en avaient souffert essayaient de s'en relever avec leurs propres forces. Et je pensais que Saint Seiya était une oeuvre capable d'encourager les enfants de cette génération. J'ai demandé à Morio Hatano de mettre en oeuvre son si intéressant travail de caméra sur cette production.

Par exemple, dans Heartcatch Precure, il avait recours à des plans de caméra obliques par rapport aux personnages, ou utilisait des layouts impossibles dans la réalité. En fait, lorsqu'on place ainsi un personnage en travers sur l'oblique, celui-ci parait plus grand. Sa mise en scène est capable de pousser jusqu'au bout cette force de présence humaine et d'en tirer au mieux parti. Et je me suis donc dit qu'un réalisateur capable d'une telle esthétique serait définitivement à sa place avec Saint Seiya.


10) Et donc Kōga, le héros, se retrouve dans une situation inédite car il n'a jamais entendu parler des Saints.

Wakabayashi : Comme cette oeuvre allait montrer des Saints à une nouvelle génération qui n'a pas connu Saint Seiya, je me suis tout d'abord demandé ce qu'était un Saint. Après tout, les gens allaient naturellement se demander pourquoi ces personnages sont prêts à foncer ainsi vers leur mort. Et donc, le jeune homme auquel je songeais allait subir de nombreuses souffrances, mais les surmonter et devenir un Saint afin d'atteindre son but. C'est le genre d'histoire que je veux écrire. J'ai ensuite demandé à Hikaru Midorikawa d'incarner ce personnage. En fait, Morio Hatano et Yoshihiko Umakoshi avaient eux aussi la voix de Midorikawa en tête depuis le début pour le héros. J'attends beaucoup de l'interprétation de personnage nekketsu et imprévisible qu'il va nous fournir.


11) A en comprendre l'histoire d'avant, vous aviez envisagé un héros qui ne soit pas de la constellation de Pégase, n'est-ce pas ?

Wkabayashi : Parmi les premières idées que j'ai écrites, l'une d'entre elles suggérait un personnage principal qui aurait été un descendant de ninjas et aurait été de la constellation du Loup, avec une Cloth à la forme inspirée des loups japonais. Aprés tout, il n'y avait jamais vraiment eu de Saint doté d'un fort style japonais. De plus, l'idée de ninjas renvoyait à "Fûma no Kojirô", et restait donc compatible avec la vision des oeuvres de Masami Kurumada. Je me suis aussi dit qu'un Saint ninja attirerait le public étranger. Au final, le héros retenu a été un Saint de Pégase, mais comme le réalisateur en chef Morio Hatano m'a dit que ce Saint ninja deviendrait vraiment un excellent personnage, nous l'avons gardé (rires). Et c'est donc devenu Haruto.


12) Et concernant l'héroine, Yuna, d'où vous est venu l'idée d'une femme Saint sans masque ?

Wakabayashi : De nombreux soucis se sont posés à nous. Au début, l'idée était d'avoir une femme combattante qui ne ferait cependant pas partie des Saints, mais en songeant à ses relations avec les autres personnages, il valait finalement mieux en faire une femme Saint. Mais ensuite, de quelle manière obtenir une femme Saint sans masque ? C'est à partir de ce problème que le personnage de Yuna est né. Le point fondamental est qu'au final, Yuna ignore la loi du masque et enlève le sien, en se demandant pourquoi les femmes devraient être soumise à une telle loi. Je me demande ce que Shaina penserait d'elle (rires).


13) Et je suis aussi préoccupé par l'existence du fils de Shiryū, Ryūhō.

Wakabayashi : Nous voulions un personnage servant de lien entre les nouveaux personnages principaux et les anciens. Nous avions donc réfléchi aux possibles futurs des anciens personnages, et Shiryū était au final celui pour qui avoir un fils semblait le plus probable.
  • Mettez un lien vers cette page plutôt que de copier ailleurs.


14) Parlez-nous des sept éléments, qui sont un des nouveaux concepts apportés par Omega.

Wakabayashi : De très nombreux animes de combat ont été crées depuis l'époque de l'ancien Saint Seiya, et nous nous sommes donc dit qu'il fallait apporter de nouvelles choses à Saint Seiya Omega. Et c'est pourquoi une des idées a été d'ajouter des attributs élémentaires au Cosmos, que les Saints utilisent maintenant pour manipuler les éléments tels que l'eau ou le feu. Le sujet des éléments va commencer a être abordé dans l'épisode 2, et offrira des manières d'utiliser le Cosmos qui n'existaient pas dans l'œuvre originale. Je pense qu'avec l'aspect "magie" que ça apporte, les enfants aimeront s'amuser à imaginer ce que les personnages pourraient potentiellement faire.


15) Et pour terminer, quel est votre message à l'attention des fans ?

Wakabayashi : Autrefois, Shingo Araki m'avait dit « Saint Seiya est une bonne série parce qu'elle montre de jeunes gens évoluer et mûrir ». Ses mots sont restés gravés en moi, et je veux donc aussi montrer de jeunes gens grandir dans Saint Seiya Omega. Bien entendu, il y a aussi d'autres choses que je souhaite montrer et d'autres messages que je veux transmettre. Je désire de tout mon coeur montrer aux gens qui ne connaissent pas Saint Seiya à quel point cette oeuvre est passionnante. Je serai ravi si vous pouvez apprécier la franchise grâce à un de ces séries.


Prêtez attention au nouveau récit de Saint Seiya qui sera raconté dans Saint Seiya Omega. De plus d'anciens personnages risquent de réapparaître sous des formes surprenantes, et je pense que tous les anciens fans de Saint Seiya pourront apprécier ceci.


Fin de traduction