Espaces de noms

Variantes

Yōma de Méphistophélès

De SaintSeiyaPedia
Aller à : Navigation, rechercher
Yōma de Méphistophélès
Youma face.jpg
Yōma de Méphistophélès
Nom japonais (kana) 天魁星 メフィストフェレスの杳馬
Nom japonais (romaji) tenkōsei mefisutoferesu no yōma
Surnom Kairos
Domaines Temps
Groupes Armée d'Hadès, Spectres, Gardiens Stellaires
Protection Surplis
Totem Méphistophélès
Étoile maléfique Etoile céleste du meneur
Caractéristiques
Sexe Masculin
Age 32 ans
Lieu de naissance Japon
Article rédigé par Archange. Passages mythologiques sur Méphistophélès par ArayashikiAlaiya et Dragon des Mers.

Yōma de Méphistophélès, l'étoile céleste du meneur (天魁星 メフィストフェレスの杳馬 - tenkōsei mefisutoferesu no yōma) est non seulement un Spectre, mais est surtout le véritable père de Tenma dans Saint Seiya ~ The Lost Canvas. Bien que ce personnage n'apparaisse qu'assez tard dans l'histoire, les divers flashbacks le concernant montrent que son influence a joué un rôle significatif dans la situation initiale de cette Guerre Sainte, et qu'il est en grande partie responsable de la situation tortueuse entre Sasha, Tenma, Alone, Pandore et Hadès. Sa véritable identité est Kairos (カイロス - kairosu), un dieu du Temps, petit frère de Chronos. Ce personnage n'apparaît que dans Saint Seiya ~ The Lost Canvas.

  • Autres noms possibles
Pays Type Nom Notes
Flag icon france-small.gif France Correct Yôma / Youma de Méphistophélès Version non-francisée
Flag icon france-small.gif France Éditeur officiel : correct 0 TLC Manga (Kurokawa)
Flag icon usa-small.gif USA Correct Mephistopheles Yōma, the Heavenly Leader Star
Nocopy.jpg
  • Les articles de ce site ont nécessité de nombreuses heures de rédaction. Merci de ne pas en recopier des parties sans autorisation.
  • Many hours were spent on these articles. Please don't copy part or make translations of them without permission. Also, an english version is planned (and maybe a spanish one in a far future), so for the time being, why don't you join us on the English speaking boards?

Biographie

Saint Seiya - The Lost Canvas

Le dieu oublié. Temps mythologiques.

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 210
Kairos pris dans le sablier de Chronos.

Lors des âges mythologiques, Kairos, dieu du Temps et frère cadet de Chronos, lui aussi dieu du Temps, finit par recevoir le châtiment de son aîné (pour une raison non expliquée dans l'histoire). Kairos est ainsi condamné à se réincarner perpétuellement sur Terre en tant que mortel. Chronos s'évertue également à effacer toute trace de Kairos de l'histoire et celui-ci devient un être aussi bien oublié des dieux que des mortels. Le cycle des réincarnations ininterrompues se perpétue pendant des millénaires, tandis que la haine de Kairos envers Chronos et les autres dieux grandit. Son seul objectif est de tuer tous ces dieux et réécrire une nouvelle mythologie.

Du Japon à l'Europe. 17 ans avant la Guerre Sainte

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 162
Yōma.

Au 18ème siècle, Kairos renaît au Japon, en tant qu'hôte d'une étoile maléfique et sous le nom de Yōma. Yōma, qui a soif de chaos, s'ennuie dans l'ère trop calme des Tokugawas, et décide de quitter le pays en quête d'aventure. Alors qu'il navigue sur l'océan, une comète provenant de la constellation de Pégase traverse le ciel, éveillant son intérêt. Yōma s'envole et la suit jusqu'en Europe, près du château de la famille de Pandore, autour duquel plusieurs autres étoiles maléfiques commencent à se rassembler. Yōma se met à travailler au château et y fait la connaissance de Partita, servante travaillant pour la famille à laquelle appartient ce château. Partita, alors simple humaine, est également la meilleure amie de la fille de la famille, la petite Pandore.

Les jumeaux

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 161
Yōma et Aspros.

Yōma se rend au Sanctuaire afin de voir si un Saint de Pégase existe déjà, et aperçoit en chemin Deuteros des Gémeaux, en train de s'entraîner dans le plus grand secret. Il s'arrête ensuite plus loin près d'Aspros, frère jumeau de Deuteros, et le questionne à propos de Pégase. Le jeune garçon, surpris par cet individu étrange, lui répond qu'il n'y a pas encore de Saint de Pégase. Kairos, qui n'aime guère Aspros dont le statut de "frère aîné" lui rappelle Chronos, change alors de sujet de conversation pour parler de Deuteros, et il finit par dire à Aspros qu'il préfère les cadets. Il insinue alors que Deuteros renforce probablement ses pouvoirs afin de prendre la place de son aîné. Aspros, incrédule, se met en colère, mais Yōma le conduit au lieu d'entraînement de Deuteros. Aspros est troublé de voir quelle est la puissance atteinte par celui-ci, et Yōma en profite alors pour verser une goutte de ténèbres en lui qui le dévorera et détruira la relation entre les frères.

Destins modifiés. 15 ans avant la Guerre Sainte

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 162, 163, 166 et 186
Yōma dérobant l'âme d'Hadès.

Partita annonce être enceinte de Tenma[1][2]. Pandore, en apprenant la nouvelle, se met à rêver d'une vie future joyeuse, en compagnie de Tenma et de Partita. Qui plus est, la mère de Pandore est elle aussi supposée avoir un enfant à Noël. Partita souhaite sincèrement que son fils soit un homme franc et fonceur. Yōma, de son côté, a déjà des plans concernant Tenma et Hadès.

Tenma naît peu de temps avant Noël[3], et Pandore partage la joie de Partita à le voir. Le frère de Pandore naît ensuite par une nuit de Noël enneigée. Yōma se débrouille pour subtiliser immédiatement cet "enfant" qui n'est autre que l'âme d'Hadès, et file avant qu'Hypnos et Thanatos ne se manifestent. Pandore exceptée, toute vie disparaît du château, et celle-ci reste pleurer auprès du corps de sa mère. Elle voit alors, effrayée, les Dieux Jumeaux se manifester. La jeune fille pense qu'ils sont venus la tuer, mais ceux-ci lui révèlent qu'elle est supposée être la commandante de l'armée d'Hadès, et que sa vie n'aura jamais aucun sens si elle ne retrouve pas ce frère volé.

La jeune Pandore et plusieurs gardes squelettes font irruption dans la cabane de Partita mais constatent qu'elle est partie avec Tenma. Hypnos fait remarquer qu'il ressent la trace du Cosmos d'un Saint d'Athéna, leurs ennemis jurés. Pandore, choquée par cette trahison, ordonne à ses soldats de poursuivre Partita jusqu'au bout du monde et de les tuer, elle et son fils. Pendant de temps, Yōma trouve un jeune garçon qui vient de naître dans une famille très croyante : Alone. Il introduit l'âme d'Hadès en lui, curieux de voir quel sera le résultat d'un Hadès élevé en humain.

Destins modifiés. 14 ans avant la Guerre Sainte

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 163 et 166
Yōma s'emparant de Tenma.

Un an plus tard[4], Sasha naît en tant que soeur d'Alone. À un moment indéterminé, leurs parents meurent et les deux enfants se retrouvent dans un orphelinat d'Italie.


Partita, de son côté, passe des années[5] à fuir sur les chemins en compagnie de Tenma. Elle est finalement tuée par des gardes squelettes[6], et Yōma vient alors prendre Tenma, évanoui, et le dépose ailleurs. Tenma, seul, finit par arriver au même orphelinat que celui où sont déjà Alone et Sasha. Yōma observe leur rencontre, satisfait de voir son plan avancer.

Le coup d'état. 2 ans avant la Guerre Sainte

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 152

Aspros, corrompu depuis des années par la goutte de ténèbres de Yōma, manipule Deuteros avec le Genrō Maō Ken et tente d'assassiner le Pope pour prendre le pouvoir. Sa tentative de coup d'état échoue et il meurt, tué par Deuteros.

La Guerre Sainte

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 193

La Guerre Sainte débute et Alone se sert des pouvoirs d'Hadès à son propre compte.

À un certain moment, Partita est ressuscitée en tant que Spectre par Alone[7], et elle retrouve non seulement ses souvenirs en tant que messagère d'Athéna, mais aussi son potentiel martial. Partita, toujours fidèle à Athéna, ne partage pas les objectifs de son mari, mais joue malgré tout la comédie pour lui faire croire qu'elle est son alliée. Yōma se rend parfaitement compte du petit jeu de Partita, mais décide de faire comme si de rien n'était, car la voir se démener ainsi l'amuse beaucoup.

Aspros est lui aussi ressuscité, désireux de satisfaire ses ambitions et de se venger de Deuteros. Lui et Yōma sont tous deux des Gardiens Stellaires, mais ne se croisent pas.

Le Saint des Gémeaux.

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 160 et 161
Yōma retrouvant Aspros.

Après de nombreux combats, les Saints commencent à pénétrer dans le Lost Canvas. Aspros et Deuteros s'affrontent dans le Temple de Mars. Seul Aspros survit à ce combat fratricide et revient à la raison grâce au sacrifice de Deuteros. Le Gold Saint retourne alors auprès d'Alone afin de l'abattre, mais le jeune peintre est alors sauvé par l'intervention de Yōma, qui pénètre dans l'Atelier sans y être convié et stoppe le temps afin de contrer la Galaxian Explosion qu'Aspros lançait.


Aspros reconnaît cet homme qu'il avait rencontré bien des années auparavant, et il se remémore cette nuit oubliée où tous deux avaient observé Deuteros. Il comprend que leur rivalité entre frères était due à la goutte de ténèbres que Yōma avait introduit en lui. Aspros, sous le coup de la colère, fait exploser son Cosmos autour de lui, surprenant Yōma, qui prend malgré tout ceci à la rigolade, expliquant qu'il avait brisé leur vie juste par curiosité de voir le spectacle qui en résulterait. Aspros s'élance pour attaquer, mais Yōma le prend de vitesse avec son Marbleous Loom, et le Saint disparaît instantanément. Selon le Spectre, Aspros et Deuteros ont été détruits, annihilés corps et âme dans cette dimension sans matière ni espace-temps.


Yōma décide ensuite d'aller voir directement Tenma, juste pour discuter, et Alone lui rappelle qu'il est interdit de tuer Tenma. Le jeune peintre souhaite l'abattre lui-même.

Père et fils.

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 162, 163 et 164
Yōma et Tenma.

Yōma enfourche son cheval éthéré et vole vers le Temple de Mercure, que les Saints sont sur le point d'atteindre. Il stoppe le temps une fois que ceux-ci pénètrent à l'intérieur, mais ne bloque cependant que Shion et Régulus. Il souhaite être tranquille pour discuter avec Tenma et Sasha. Yōma, prend Tenma dans ses bras en lui disant être son père, avec un rictus malsain. Tenma, sous le choc, repense aux années qu'il a passé à errer sur les routes avec sa mère. Il décoche un coup de pied au Spectre avec colère, incrédule, mais Yōma se met alors à matérialiser des images expliquant son passé humain au 18ème siècle ainsi que la naissance de Tenma au château de Pandore, et de quelle manière il a orchestré la rencontre de Tenma, Sasha et Alone. Yōma dit à Tenma qu'il n'est rien de plus qu'une goutte de chaos supplémentaire jetée pour rendre cette Guerre Sainte plus amusante, loin de l'ennuyeux idéal de mort prôné par Hadès, et ajoute qu'il n'a que faire des Saints, Spectres ou Dieux. Tenma, furieux, attaque son père avec son Pegasus Ryūsei Ken, mais sans succès : Yōma bloque tout en stoppant le temps. Le Saint de Pégase repart à l'assaut, mais Yōma s'empare de Sasha et demande à la déesse quel était l'objectif de son stratagème en s'incarnant en tant que soeur d'Alone. À sa surprise, celle-ci prétend pourtant avoir sincèrement voulu vivre en tant qu'humaine avec l'hôte d'Hadès, et ajoute qu'elle ne regrette pas ces moments en dépit de toutes les difficultés. Yōma relâche Sasha, puis se met sur le départ en disant que celle-ci est une goutte provoquant de puissants remous, et que la situation est à son goût, au delà des espérances qu'il avait 15 ans plus tôt. Yōma, qui décide qu'ils ont suffisamment discuté, enfourche sa monture, et quitte le temple.

Yōma continue ensuite d'observer le déroulement de la bataille.

Retrouvailles

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 185, 186 et 187
Pandore en fâcheuse posture.

Dans le Temple de Saturne, Sasha, Tenma et Régulus se confrontent à Pandore, Cheshire et Rhadamanthe. Pandore combat Sasha et voit ses souvenirs d'enfance ravivés par l'intervention de celle-ci. Elle comprend que Tenma est le fils de Partita, et lui explique que celle-ci était sa meilleure amie. Mais elle ajoute avec colère que Partita l'a trahie en volant l'âme d'Hadès. Avant même que Tenma n'ait pu lui dire qui est le véritable coupable, celui-ci surgit dans le temple. Yōma, qui en profite pour agripper les seins de Pandore, dit qu'ils vont tous avoir l'occasion de revoir leur chère Partita, et qu'ainsi la fête n'en sera que plus drôle.

Partita apparaît, en vêtements civils, sous les yeux d'une Pandore choquée qui se demande si les dieux sont encore en train de se jouer d'elle. Partita enlace alors Pandore dans ses bras pour la réconforter. Cette dernière se laisse attendrir, mais Partita l'attaque soudain, en lui reprochant de l'avoir tuée.

Yōma enveloppe alors tout le monde dans un tourbillon noir afin de les téléporter vers d'autres endroits du Lost Canvas.

Partita de la Chouette.

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 193

Tenma et Pandore se retrouvent face à Partita dans Uranus. Après un combat acharné, le Saint parvient finalement à éveiller la God Cloth de Pégase, et abat ainsi aisément sa mère. Avant de mourir, Partita confie avoir tout fait pour que Tenma obtienne sa God Cloth afin d'aider Athéna. Elle n'a jamais réellement partagé les objectifs de Yōma.

L'intéressé, qui observe la scène depuis une autre dimension, savait déjà que Partita lui jouait la comédie. Il se dit que c'est dommage qu'une fille aussi mignonne soit morte, mais que ce n'est pas grave car le spectacle continue, reportant son attention sur le duel qui s'annonce entre Régulus et Rhadamanthe.

Le futur Pope

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 205 et 206
Shion et Tenma découvrant Seiya.

Une fois le show terminé, Yōma décide d'aller se charger d'une cible toute particulière : Shion du Bélier. En effet celui-ci deviendra Pope dans le futur et reconstruira le Sanctuaire dans lequel grandira Seiya, le futur Pégase qui abattra des dieux et deviendra la cible des cieux. Mais Yōma ne souhaite pas un tel futur, il veut que la guerre finale entre les dieux se produise au 18ème siècle, avec Tenma.


Yōma intercepte Shion alors que celui-ci court au travers d'une zone nuageuse, et se met à attaquer le Saint, qui ne peut contrer l'arrêt de temps utilisé par le Spectre. Alors que Shion est sur le point de se faire avoir, Tenma, revenu sur ses pas, intercepte l'attaque avec son Pegasus Ryūsei Ken. Yōma est pourtant disposé à laisser partir Tenma, car son scénario prévoit que son fils abatte Alone, puis tue des dieux, mais le jeune garçon se refuse à laisser Shion. Le Gold Saint de son côté suspecte que Yōma n'est pas tout à fait humain, déduction qui lui vaut un compliment du Spectre sur son intelligence, accompagné d'un sourire mauvais.


Méphistophélès leur montre alors des images du futur, au 20ème siècle, et notamment Seiya en chaise roulante. Au sein de ses explication, il ajoute que tuer le futur Pope Shion permettrait de changer cette ligne temporelle. Le combat reprend entre Yōma, son fils, et Shion. Yōma parvient finalement à faire disparaître Shion dans le Marbleous Loom, mais soudain le tourbillon resurgit et une personne inattendue en sort : Aspros des Gémeaux, portant dans ses bras Shion et Dōko, évanouis.

Sortie de scène

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitres 207, 208, 209 et 210
Aspros contre Kairos.

Aspros, désireux de s'occuper de Yōma, jette brusquement Shion et Dōko à Tenma en lui ordonnant de filer avec eux, et n'a que faire des protestations du Saint expliquant que ce serait à lui de régler le compte son père. L'âme de Deuteros se manifeste au travers d'Aspros pour convaincre Tenma, qui comprend alors qu'eux aussi ont eu leurs vies détruites par Yōma et qu'il ferait mieux de sauver Shion et Dōko. Yōma, affolé de voir que Shion va lui filer entre les doigts, tente alors de stopper le temps pour retenir Tenma, mais rien n'y fait. Aspros lui explique avoir déplacé la zone de combat dans une autre dimension où le flot du temps ne peut être stoppé. Yōma, sur le point de laisser éclater sa rage, décide d'en finir avec ce gêneur.

Aspros pense déjà avoir déjoué tous les atouts de Yōma, mais celui-ci revêt son Surplis en ricanant, puis envoie immédiatement son Rewind Bio sur Aspros afin de voler le temps accumulé dans son corps et le faire revenir à un état pré-natal, ajoutant à quel point il hait l'arrogance d'Aspros, commune à tous les frères aînés. Aspros disparaît et seule subsiste la Cloth des Gémeaux. Yōma fait mine de partir, mais à sa grande surprise Aspros réapparaît alors couvert non plus de sa Gold Cloth, mais d'un Surplis, expliquant que comme il est un mort ressuscité, le temps n'a plus d'emprise sur son corps. Il rappelle aussi à Yōma que peu lui importent Athéna, Hadès, le bien ou le mal : il ne se bat que pour lui-même. Aspros lance d'une main sa Galaxian Explosion. Méphistophélès, frappé de plein fouet, se met à hurler de douleur et disparaît, comme pulvérisé.


Alors qu'Aspros commence à savourer sa victoire, un tic tac de montre se fait entendre et un puissant Cosmos commence à gagner en ampleur. Yōma, en très piteux état, réapparaît avec une immense silhouette en armure dans son dos retenue prisonnière par les sceaux de Chronos. Yōma vient de dévoiler sa véritable apparence divine, et explique être celui dont toute trace a été sciemment effacée de l'Histoire : le dieu du Temps Kairos, frère cadet de Chronos, exilé sur Terre par ce dernier. Kairos ajoute avoir toujours détesté Aspros, ce "frère aîné" et lui rappelle lui avoir dit des années auparavant qu'il préférait les seconds. Aspros se moque de ce complexe d'infériorité d'un cadet envers son aîné, et enfonce le clou en déclarant qu'un "numéro 2" comme lui ne risque pas de le battre.


Kairos, exaspéré par l'insolence d'Aspros, met en mouvement l'immense cadran d'horloge situé derrière lui, et, hilare, transperce Aspros avec les multiples aiguilles du cadran. Kairos lance alors le cadran pour écraser Aspros, mais celui-ci envoie rapidement un rayon de lumière vers son front. Tout à coup, la Cloth des Gémeaux s'interpose pour protéger Aspros. Kairos, énervé, ne comprend pas pourquoi Deuteros, un cadet tout comme lui, cherche à protéger Aspros, l’aîné qu'il est supposé détester. Deuteros devrait plutôt comprendre sa souffrance. Kairos se met alors à parler de la malédiction de Chronos et de quelle manière il a manipulé la Guerre Sainte pour obtenir Pégase, le déicide. Soudain, Kairos se rend compte qu'il est devenu trop bavard, et que rien n'a changé depuis le moment où il a reçu le rayon lumineux.

Kairos, prisonnier du chapelet et pulvérisé par l'Hyperdimension.

Aspros, satisfait d'avoir pu apprendre que Kairos était fermement lié à son corps humain, explique lui avoir infligé le Genrō Maō Ken. Il sait désormais que cet état empêche Kairos de pénétrer dans l'Hyperdimension, la voie vers les dieux. Le Saint des Gémeaux sort le chapelet d'Asmita, en affirmant pouvoir mettre un terme au sort de Kairos.

Le dieu, de plus en plus furieux, déclenche son Real Marbleous sur Aspros, qui est alors grièvement blessé par un tourbillon d'énergie noire. Kairos lui rappelle qu'à ses yeux, les humains ne sont de de ridicules marionnettes. Mais le Saint, qui considère Kairos comme un dieu dérisoire, l'enserre dans le chapelet et force ainsi l'âme de Kairos à réintégrer son corps humain, puis ouvre l'Hyperdimension. Aspros explique à un Kairos fou de rage que son corps humain va être pulvérisé par l'Hyperdimension, et qu'à cause du lien très étroit qui relie son âme à ce corps, l'âme divine de Kairos va elle aussi être endommagée. Aspros saisit par le cou Kairos, réduit à l'impuissance par le chapelet qui le restreint, et commence à le pousser vers l'Hyperdimension tandis que le dieu hurle toute sa haine et son mépris. Aspros se colle nez à nez avec lui et crie qu'aussi misérables soient les vies humaines, elles n'en sont pas moins irremplaçables, évoquant les combats fratricides entre lui et Deuteros que Yōma a provoqués. Tout en poussant peu à peu Kairos vers l'Hyperdimension, le Saint exprime son regret d'avoir ainsi écrasé son frère, et ajoute que si malgré ses innombrables vies en tant qu'humain Yōma ne comprend toujours pas ce genre de douleur, alors il n'est qu'un dieu stupide et bien triste. Le Saint pense qu'à cet égard Kairos lui ressemble. Il pousse pour de bon son adversaire dans l'Hyperdimension et Yōma en est pulvérisé.


Tandis que son âme émiettée et en proie à la douleur flotte dans l'Hyperdimension, Yōma se dit qu'il n'arrête pas de voir le visage de Partita, et admet qu'elle était mignonne, regrettant qu'elle soit morte à cause de lui. Il trouve qu'il était différent lorsqu'il était avec elle, et qu'il aurait même souhaité que le temps s'arrête. Les restes de l'âme de Kairos sont aspirés dans une perle du chapelet.

Aspros, désormais seul, conclut que le temps s'est arrêté pour Yōma, que son âme est désormais prisonnière du chapelet, délivrée du cycle continuel des morts et réincarnations. Rester méditer sur les choses précieuses qu'il a jeté et qui ne reviendront plus sera sa punition, et le Saint pense qu'un jour, Yōma ne verra plus ces pensées comme un châtiment mais plutôt comme de chers souvenirs.

Un rêve

  • Passages concernés: Saint Seiya ~ The Lost Canvas, chapitre 211
Partita tenant Yōma dans ses bras.

Tenma, en route vers Alone, voit l'esprit de sa mère apparaître alors qu'il continue sa route. Celle-ci lui montre en souriant le rêve que Yōma fait alors qu'il est scellé. Yōma, en piteux état, est paisiblement endormi dans les bras de Partita. Tenma verse une larme en disant que même s'il déteste son père, il veut croire que l'amour que celui-ci vouait à sa mère était réel.



Help form status2.png
Améliorable
  • Des suggestions ou corrections à proposer ? Votre contribution sur cette page du forum pourrait nous aider à améliorer cet article !

Interactions

  • Cliquez sur un portrait pour vous rendre sur la fiche de ce personnage.


Deuteros Aspros Aspros Kairos Yōma Alone Chronos Partita Partita Sasha Shion Tenma PandoreStS diag youma.jpg
À propos de cette image

Techniques de combat et capacités


test:1test:2test:3

Utilisé Non-présent Non-utilisé Cas particulier Noté Non-noté
Personnage absent Utilisé. Ne possède pas cette attaque dans ce média. Possède cette attaque, mais ne s'en sert pas. Cas particulier, détails sur la page du personnage. Présent sur la fiche. Absent de la fiche.
Manga Série TV OAV Hadès Films Outside story Manga Manga Manga OAV Roman TV Manga Manga
Saint Seiya Episode G Next Dimension The Lost Canvas Gigantomachia Omega Saintia Shō
Marbleous Loom Sp attack sem res0.png
Rewind Bio Sp attack sem res0.png
Real Marbleous Sp attack sem res0.png
Cosmo Special Taizen Galaxian Encyclopedia
Marbleous Loom
Rewind Bio
Real Marbleous


Marbleous Loom

Marbleous Loom
マーベラス・ルーム - māberasu rūmu

Yōma crée une zone où ni le temps ni la matière n'existent. Celui qui est pris dans cette technique est alors immobilisé puis désintégré au niveau quantique. Selon Yōma, même les âmes de ses adversaires sont réduites à néant. Aspros réussi pourtant à en ressortir après un certain temps, sauvant également Shion au passage.


  • Les ambiguïtés de la phonétique japonaise laissent champ à deux interprétations possibles pour le nom de cette technique qui pourrait aussi bien être "Marvelous Room" que "Marbleous Loom".
  1. "Marvelous Room" signifie "Salle merveilleuse", ce qui pourrait faire référence à la zone créée par cette attaque ainsi qu'au côté grand guignolesque de Yōma.
  2. "Marbleous Loom", le "vortex de marbre". Cette interprétation est aussi très possible car Yōma fait souvent allusion aux vortex, spirales et autres tourbillons dans ses dialogues. De plus, il parle fréquemment de marbre pour décrire le chaos. Comme une attaque utilisée ultérieurement par Yōma se nomme Real Marbleous, c'est le nom "Marbleous Loom" qui est finalement retenu pour le titre de cet article, bien que "Marvelous Room" ne soit pas non plus tout à fait à exclure.
Article de référence: Marbleous Loom


Rewind Bio

Rewind Bio
リワインド バイオ - riwaindo baio

Kairos utilise ses pouvoirs temporels afin de retirer le Temps accumulé dans le corps de sa cible, et faire ainsi rajeunir celle-ci. Selon Kairos, cette attaque peut ramener au stade pré-natal, annihilant celui qui la reçoit. Cette technique demeure cependant inefficace contre Aspros, qui explique que son corps de Spectre immortel lui permet de ne pas être affecté.

  • Le nom signifie "Retour en arrière biologique".
Article de référence: Rewind Bio


Real Marbleous

Real Marbleous
リアル・マーベラス - riaru māberasu

Kairos relâche une imposante masse d'énergie sombre qui tourbillonne constamment et peut déchiqueter ce qu'elle touche. Aspros reçoit de sérieuses blessures au bras droit à cause de cet arcane.

  • Marbleous semble être un mot inventé à partir de l'anglais "Marble" (tout comme le sont Galaxian ou Piranhian) et sert à évoquer une idée de chaos et de tourbillon. Le terme pourrait aussi être retranscrit en "Marvelous" (merveilleux) qui serait par contre de l'anglais correct, mais le contexte et l'aspect de l'attaque font pencher la balance du côté du premier choix.
Article de référence: Real Marbleous


Autres capacités

Monture.

On ignore quelles sont les véritables capacités de Kairos. Le dieu se bat tout en étant prisonnier des sceaux de Chronos mais il n'est pas dit dans quelle mesure cela limite (ou non) ses pouvoirs.

Yōma est capable d'arrêter le temps. Ce pouvoir a non seulement été capable de stopper complètement jusqu'à 2 Gold Saints (Shion et Régulus), mais a aussi eu un effet sur Alone, qui était montré comme figé dans la même position lorsque Yōma est intervenu face à Aspros des Gémeaux. Bien que la raison ne soit pas tout à fait expliquée, cet arrêt du temps a aussi fait disparaître la Galaxian Explosion lancée par Aspros. Bizarrement, Yōma a besoin d'activer une montre spéciale pour déclencher cette capacité, alors qu'il est pourtant un dieu du Temps.

Cette capacité d'arrêt du temps est en revanche contrée par Aspros, qui utilise son Another Dimension afin de couper leur zone de combat du reste du monde et la faire se déplacer à la vitesse de la lumière dans un espace où le Temps est en variation constante, ce qui empêche alors Yōma de le stopper.


Yōma peut voir le futur (il connaît l'histoire de Seiya), et peut recréer des scènes illusoires pour montrer le passé et le futur à ses spectateurs.


Yōma peut faire apparaître des ailes d'énergie noire dans son dos qui lui permettent de voler. Bien que Yōma dispose de cette capacité, il semble privilégier les déplacements aériens à dos de monture sur un cheval qui a l'apparence de Pégase. La véritable nature de ce destrier reste inconnue, mais il ne semble pas s'agir d'un véritable animal, plutôt une matérialisation d'énergie créée par Yōma.

Bien que l'on ne connaisse pas sa vitesse précise, le fait que Yōma soit mis en face de Gold Saints laisse supposer qu'il doit atteindre la vitesse de la lumière.


Lorsque sa forme divine est révélée, Kairos peut aussi utiliser le cadran d'horloge géant qui l'entoure afin de projeter de multiples aiguilles capables d'empaler ses adversaires. Il peut aussi faire tourner le cadran à grande vitesse et l'envoyer sur ses cibles pour les écraser (ou les trancher).

Références et mythologie

Méphistophélès

Méphistophélès.

Méphistophélès est un démon du folklore germanique, particulièrement connu pour l'histoire dans laquelle l'érudit Faust passe un pacte avec lui, vendant ainsi son âme au diable, récit basé sur le véritable Johann Georg Faust. Méphistophélès, issu de la littérature du 16ème siècle, est à notre époque parfois utilisé comme un alter-ego du diable plutôt que comme son serviteur.


A la différence de Satan qui se veut l'adversaire de Dieu (accusateur en Hébreu), Asmodée qui préside au pêché de chair, Belzébuth qui est comme le symbole des faux dieux païens (étymologiquement Baal des mouches), Méphistophélès a surtout les caractères des démons des légendes du moyen âge ou du terroir (voir les excellentes compilations de légendes populaires de Claude Seignol) : il cherche à passer des marchés, fait des facéties, il est irrespectueux au dernier degré, il est rusé ("malin" est le mot qui était employé dans les campagnes pour éviter de désigner le diable par son nom). En tant que pure création littéraire, la description physique de Méphistophélès diffère considérablement des démons bibliques, et il est ainsi présenté comme beau et séducteur.


Du fait de la popularité de "Faust", ensemble de récits s'inspirant des accusations de sorcellerie portée contre le Docteur Georgius Sabellicus Faustus Junior à l'époque de Luther, Méphistophélès est surtout associé au "pacte avec le diable. Ce thème est certes plus ancien que la légende de Faust (légende du moine Théophile au XII eme siècle), mais du fait de l'influence des différentes versions de "Faust", dès qu'il y a un pacte c'est forcément avec Méphistophélès qu'il est passé.


Dans le poème de Goethe, le démon rend sa jeunesse au vieux savant, pour le détourner de l'étude et l’entraîner vers le plaisir. Dans le film de René Clair, "La beauté du diable", c'est en fait les traits du jeune Méphistophélès qui sont échangés avec ceux du vieux Faust : du coup on prend Méphistophélès pour Faust, tandis que Faust devient un jeune inconnu à la beauté diabolique. Bien que Méphistophélès passe les marchés avec les hommes, il n'est en général pas celui qui corrompt initialement ces personnes, mais se manifeste plutôt à ceux qui sont déjà damnés. On peut remarquer que Méphistophélès met d'ailleurs Faust en garde en le prévenant dans un premier temps de bien réfléchir avant d'abandonner la promesse du Paradis en vendant son âme au diable.


Faust.

La mention la plus ancienne du nom "Méphistophélès" semble remonter à l'édition de 1527 du "Praxis Magia Faustiana". Il n'y a en revanche aucune étymologie certaine du nom de ce démon, et plusieurs explications ont vu le jour au cours du temps. D'après Heinrich Cornelius Agrippa von Nettesheim, un savant occultiste du XVIe siècle, le nom viendrait de l'hébreu Mephistophiel, litt. " celui qui n'aime pas la lumière", mais le nom lui-même vient de deux racines hébreu « mephiz » = destructeur et « tophel » = menteur[8].

Une possible étymologie grecque s'appuierait sur "mē"/"ne pas", "phōs"/"lumière" et "philos"/ "aimer", donnant ainsi "celui qui n'aime pas la lumière", qui constituerait alors une parodie de "Lucifer", dont le nom signifie "porteur de lumière"[9]. Il se peut aussi que le changement de mephoto- en mephist- soit là pour faire référence au Latin "mephitis" ("odeur nauséabonde venue du sol"), ce qui ramène à l'odeur du soufre souvent associée au diable[10]. Il se peut aussi que "phosto-" soit une variante sonore de "Faust", qui donnerait alors "celui qui déteste Faust"[11].


Méphistophélès est aussi fortement associé à l'idée de négation, " Je suis l'esprit qui toujours nie, et c'est avec justice car rien n'existe en ce monde qui ne mérite d'être détruit".


Quelques représentations de Mephistopheles :

  • En littérature :

Faust de Christopher Marlowe (grand rival de Shakespeare dans l'Angleterre élisabéthaine)

Faust de Goethe

Mephisto, un roman de Klaus Mann (où l'action porte surtout sur la montée du nazisme: vendre son âme ayant une connotation particulière dans ce contexte).


  • Opéras

Faust, de Gounod

La damnation de Faust, d'Hector Berlioz

  • Piano

Mephisto valse de Franz Liszt

  • Au cinéma

La beauté du diable (originalité : ici le diable est d'abord incarné par Gérard Philippe et Faust par Michel Simon, mais ceux-ci échangent leurs rôles : Mephisto prenant les traits du vieux Faust, et Faust ceux du jeune démon)

Kairos

Kairos pas Francesco Salviati.

Dans la mythologie grecque, "Kairos" (Grec ancien : Καιρός) es un dieu qui incarne le Temps en tant que moment opportun, une notion différente de "Chronos", qui est le Temps chronologique et séquentiel.

Le moment opportun représenté par Kairos est celui qui peut faire basculer le cours du destin à condition d'agir précisément à ce moment-là, c'est une chance qui ne se représente pas. Un "kairos", en tant que concept, est par exemple le moment où un stratège décide d'un mouvement de troupes important, en politique ça peut être une déclaration de guerre, ou dans le domaine sportif cela peut être le moment auquel le point décisif décidant de la victoire d'un équipe se joue.

Kairos est représenté comme un beau jeune homme avec une unique tresse de cheveux pendant devant son visage, tandis que l'arrière de sa tête est chauve. Celui qui souhaite saisir sa chance doit saisir la natte de cheveux de Kairos quand celui-ci arrive, et si cette opportunité est manquée, Kairos ne peut plus être attrapé de dos en raison de l'absence de cheveux.

En dépit de l'importance de ce dieu au quotidien pour les grecs anciens, il n'y avait pas de grand culte centré sur Kairos. Selon Pausanias, un autel de Kairos se trouvait à l'entrée du stade d'Olympie. Il dit également que Kairos était considéré comme étant le plus jeune fils de Zeus.En tant que concept, le Kairos a une grande importance dans la philosophie de Platon, ainsi le début de l'Alcibiade majeur est axé autour de celui-ci.

Dans Saint Seiya

Tiky Mikk dans D-Gray Man.
  • Le choix de "Méphistophélès" en tant que second adversaire final de Saint Seiya ~ The Lost Canvas est probablement là afin de le poser en tant que Satan, en parallèle avec Hadès, qui comme dans de nombreuses autres œuvres du 20ème siècle passe pour un dieu maléfique, un équivalent grec du diable (alors que c'est un dieu très neutre dans la mythologie).
  • Le rapport entre Méphistophélès et Kairos a trait au temps et aux opportunités. Méphistophélès crée un kairos lorsqu'il propose un marché à un humain, un moment capable de changer entièrement le destin d'une personne. De plus, le rajeunissement de Faust peut être interprété comme un pouvoir sur le temps utilisé par Méphistophélès. Ainsi, le Rewind Bio dans Saint Seiya fait à la fois référence à Kairos et à la légende de Faust.
  • Tout comme le Méphistophélès littéraire souvent considéré comme séducteur et civil (en opposition à des démon classiques), Yōma est présenté comme charmeur et avenant. L'aspect général du déjanté Yōma, en costard et haut-de-forme n'est pas sans rappeler le chapelier fou d'Alice au Pays des Merveilles, ou bien dans un registre malfaisant, Tiky Mikk de D-Gray Man. Dans la préface du volume 24, Teshirogi dit que les lecteurs doivent croire que Tuxedo Kamen, "l'homme masqué" de Sailor Moon est le modèle de Yōma, mais assure que ce n'est pas le cas. Il est vrai qu'en dehors des vêtements, les personnages ont des comportements diamétralement opposés.
  • La scène où Yōma place une goutte de ténèbres dans le jeune Aspros fait à la fois référence au kairos (le basculement d'Aspros vers le mal alors que celui-ci était en pleine proie au doute) et à Méphistophélès, qui corrompt un humain dans lequel de sombres intentions commencent à se développer.


  • Le choix de Kairos en tant que véritable identité de Yōma est un choix qui s'applique bien à son utilisation dans l'histoire au vu du rôle déterminant qu'il joue dans plusieurs événements. Il est celui qui fait basculer la Guerre Sainte du 18ème siècle en enlevant l'âme d'Hadès pour la placer en Alone dont il provoque ensuite la rencontre avec Tenma. Lorsqu'il apparaît devant Shion, il explique aussi que dans chaque scénario il y a des moments importants au cours desquels la décision de l'auteur peut conduire à des chemins et fins très différents. Cette explication n'est rien d'autre que le concept du kairos, et Yōma tente justement de saisir sa chance en tentant de tuer Shion, afin de changer le futur dans lequel Seiya devient capable d'abattre les dieux. Un autre exemple de "kairos" réside dans le fait qu'après des millénaires passés en tant qu'humain, Kairos tente enfin sa chance au 18ème siècle et est prêt à aller jusqu'au bout.


Surplis de Méphistophélès et heures.
  • Teshirogi utilise des symboles différents du temps pour représenter Chronos et Kairos. Le premier est symbolisé dans le manga par un sablier, tandis que Kairos correspond à une horloge et à une montre à gousset. D'une certaine manière, le sablier représente bien le Temps continu qu'est Chronos, alors que la montre donne une idée de succession d'instants, avec la possibilité de s'arrêter sur un moment précis (qui serait le "kairos"). Le lien de parenté entre Chronos et Kairos est en revanche une invention de Teshirogi, car Kairos est le fils de Zeus dans la mythologie.
  • Le Surplis de Méphistophélès représente un personnage assis sur un cadran d'horloge. En effet, l'agencement des tiges n'est pas fait au hasard mais correspond en fait à des chiffres romains. Le "4" et noté "IIII" au lieu de "IV", comme on le trouve souvent sur les horloges.


  • Il y a peut-être un parallèle avec Abel et Cain dans l'histoire de Chronos et de Kairos en tant que frères. Dans la bible, Cain est banni pour avoir assassiné son frère et doit porter la "marque de Cain", qui signifie que nul ne doit lui accorder la grâce de la tuer, le condamnant ainsi à errer indéfiniment sur Terre. Kairos est lui condamné par Chronos à se réincarner constamment en tant qu'humain.


  • Le nom "Yōma" (杳馬) signifie "Cheval des ténèbres / inconnu". Il rejoint donc la liste des "chevaux", aux cotés de "Tenma", le cheval céleste et de "Tōma", le cheval violent. Seiya échappe en revanche à cette "règle".
  • Yōma est associé à l'étoile céleste du Meneur, qui correspond dans Suikoden au personnage de Song Jiang, "Pluie Opportune".

    Design


Constat global

Yōma en Surplis.

Yōma est un personnage très atypique de Saint Seiya, que Teshirogi introduit d'abord comme une sorte d'excentrique grand-guignolesque. Le personnage est alors enjoué, irrespectueux, et se repaît du chaos et du mouvement. De son propre aveu, sa capacité à figer le temps est ennuyeuse. Le thème du théâtre est omniprésent, aussi bien dans la mise en scène que dans les paroles. Ainsi, les termes "acteur", "scène", "scénario", "acte", "rideau" reviennent sans cesse dans la bouche de Yōma, qui se considère comme le scénariste et metteur en scène de toute cette Guerre Sainte qu'il a orchestré. Pour lui, tous les Saints, Spectres, et Dieux sont ses pions.


Bien qu'ils soient le même être, Kairos est en revanche très différent de Yōma. Le dieu devient bien plus grossier et agressif dans ses paroles, ce qui tend à diminuer son charisme plutôt qu'à l'augmenter, et il semble presque être une sorte d'adolescent rebelle complexé par rapport à son frère.


Le thème des frères tient justement une place importante dans ce personnage, bien qu'il ne soit abordé que lors de son combat final. Jusque là, Yōma semblait devoir être battu par son fils, mais la haine intense qu'il porte au concept de "frère aîné" a permis de légitimer un affrontement final avec Aspros, qui avait lui aussi des comptes à régler avec lui. Les situations des deux personnages sont aussi mises en parallèle, et ainsi que le dit Aspros, ils ne sont guère différents. Tous deux n'œuvrent que pour eux-mêmes et se moquent des affaires de camp dans les Guerres Saintes, et tout comme Aspros, Yōma s'est laissé aveugler par son ambition au point de sacrifier tous les êtres qui lui étaient chers (respectivement, Deuteros et Partita), un gâchis que chacun ne réalise que bien trop tard. Ils ont aussi tous deux tendance à reporter leur haine filiale sur d'autres personnes. Aspros méprisait tout ce qui avait trait aux cadets, et détestait Sage comme si c'était Deuteros, tandis que Kairos hait les frères aînés et substitue Aspros à Chronos.


Ironiquement, le dieu du Temps qu'il est, capable d'arrêter le temps, avoue qu'il aurait souhaité que ce même temps se fige à jamais lorsqu'il était avec Partita. Ce n'est qu'à la fin qu'il commence à comprendre les sentiments humains.


Malgré son importance dans l'histoire, Yōma fait figure de personnage "arrivé comme un cheveu sur la soupe". En effet, à ce point du récit, toute ce qui entourait Alone, Pandore, Sasha et Tenma, se suffisait en soi. Le cas d'Aspros est encore plus flagrant, car l'arc des jumeaux, terminé au chapitre d'avant, était aussi complet en soi, sans forcément nécessiter le rajout de Yōma dans l'équation. Aussitôt que Yōma est introduit, Teshirogi lance une longue série de flashbacks afin de recoller ce personnage sur tous les points de l'histoire.

Notes

Yōma, Partita, Tenma et Pandore.
  • Yōma a suivi jusqu'en Europe la comète portant l'âme de Pégase, mais comment a-t-il ensuite fait pour s'assurer que son fils serait le porteur de cette âme ?
  • Pourquoi Kairos s'est-il décidé à passer à l'action au 18ème siècle et pas avant ?
  • On ignore si Kairos se réincarne toujours sous les mêmes traits. D'autant plus que son processus de réincarnation est immédiat, lorsqu'il meurt il est aussitôt forcé de vivre à nouveau en tant qu'humain.
  • Dans la préface du volume 24, Teshirogi confie que le thème musical qu'elle associe à Yōma est "Owner ha saikou", de Tamio Okuda. Youtube - Owner ha saikou
  • Yōma, né au 18ème siècle au Japon, a quitté son pays après que son étoile maléfique se soit éveillée car il s'ennuyait et cherchait l'aventure. Ceci laisse penser que lors de ses renaissances, Kairos met plusieurs années à retrouver sa mémoire divine.
  • On ignore si Yōma connaissait ou non la véritable identité de Partita à l'époque où il l'a séduite.
  • Les pupilles de Yōma deviennent noires lorsqu'il se manifeste en tant que Kairos.
  • Le sort final de Kairos / Yōma n'est pas très clair, et il est difficile de dire si celui-ci est supposé revenir 200 ans plus tard parmi les autres Spectres avec ses pouvoirs de dieu. La remarque d'Aspros sur l'hyperdimension et les pages montrant l'âme de Kairos déchirée laissent supposer, sans certitude, que sa part divine a bel et bien été endommagée, et qu'il ne disposerait peut-être plus de ses pouvoirs par la suite.


Produits dérivés

Aucun produit dérivé pour ce personnage n'a pu être trouvé par la recherche automatique. Peut-être qu'aucun produit n'existe, ou bien la page du produit n'a pas encore été créée dans ce wiki.


  • Aucun produit dérivé officiel centré sur ce personnage.


Combats

Données des combats récupérées automatiquement sur les pages de Récits. Une absence de résultats signifie qu'aucun combat n'a été mené, ou alors que les pages de récits sont incomplètes.


Saint Seiya - The Lost Canvas
# Début Fin Issue
086 TLC Chapitre 161 TLC Chapitre 161 Défaite d'Aspros Aspros Versus Yōma
087 TLC Chapitre 162 TLC Chapitre 164 Yōma quitte le champ de bataille Sasha, Tenma (TLC) Versus Yōma
101 TLC Chapitre 205 TLC Chapitre 206 Défaite de Shion, puis combat interrompu par Aspros Shion (TLC), Tenma (TLC) Versus Yōma
102 TLC Chapitre 207 TLC Chapitre 210 Victoire d'Aspros Aspros Versus Yōma, Kairos




Personnages affiliés au "totem" Méphistophélès


La requête automatique n'a pas trouvé d'autres personnages liés au "totem" Méphistophélès.



Références

  1. Yōma a vu la comète de Pégase quand il avait 15 ans, et Tenma est né quand il avait 17 ans.
  2. Partita doit aussi avoir 15-17 ans. Sa fiche lui donne 22 ans à sa mort, et à ce moment-là Tenma semblait avoir 6-7 ans
  3. Pandore dit que son frère va "bientôt" naître à Noël. Dans cette scène, Tenma n'est pas né depuis longtemps
  4. Sasha a un an de moins qu'Alone
  5. Tenma a eu le temps de suffisamment grandir pour marcher à ses côtés
  6. Partita a alors 22 ans selon sa fiche
  7. Le moment auquel se produit cet événement n'est pas clair, mais cela se passe forcément entre la prise de pouvoir d'Alone et la partie des Gardiens Stellaires
  8. A Dictionary of Angels, including the fallen angels de Gustav Davidson (chez: The Free Press, 1994)
  9. wikipedia
  10. wiki
  11. wiki